Tous les articles par Sandrine

Lettre SEMS n°4

Fin décembre 2020

 

Enregistrement en ligne d’une conférence de Christopher Atwood

Reading the Secret History of the Mongols: from Qubilai Khan to the Eighteenth Century” by Christopher Atwood, on October 26, 2020. This lecture is the 6th in the Jean and Denis Sinor Lecture Series.

 

2021 : Séminaire du Centre d’Études mongoles et Sibériennes

Organisé par Isabelle Charleux, Grégory Delaplace et Virginie Vaté de janvier à mai 2021, un mercredi sur deux(sauf vacances scolaires), de 14h-16h, en ligne.

À noter : à partir du 10 mars, le séminaire du Centre d’études mongoles et sibériennes fait également office de séminaire de master EPHE, validable aussi par les étudiants de l’EHESS et de l’INALCO.

Programme 

 

2020-2021 : Séminaire de l’Université de Bonn , en ligne

Inscription nécessaire : Herrn Carsten Friede: momocf@uni-bonn.de Im

21 janvier 2021, 18-20h : Prof. Christian Sorace (Department of Political Science, Colorado College, USA), “Ideological Conversion: Mongolia’s Transition from Socialism to PostSocialism”

2 février 2021, 18-20h : Mongolei- und Tibet-Colloquium

 Kristina Teleki (Eötvös Loránd University, Budapest, Hungary Mongolian Buddhism), “30 years after the revival”.

 

2020-2021 : Séminaire du MIASU

Les séminaires du Mongolia and Inner Asia Studies Unit de Cambridge sont accessibles sur demande : miasu-admin@socanth.cam.ac.uk

 

17 janvier 2021 : Candidature pour le Contrat doctoral au MIASU

Sigrid Rausing MIASU Doctoral Studentship in the Social Anthropology of Inner Asia.

As a result of a generous donation from the Sigrid Rausing Trust, the Mongolia & Inner Asia Studies Unit is delighted to announce that applications are now invited for the first Sigrid Rausing MIASU Doctoral Studentship in the Social Anthropology of Inner Asia.

 

Publications

Anna Caiozzo et Jean-Charles Ducène (dir.), 2020, La Mongolie dans son espace régional. Entre mémoire et marques de territoire des mondes anciens à nos jours (Presses universitaires de Vincennes).

Résumé
Pour les nomades, ces « sociétés à pattes », comme les surnomme le géographe Christian Grataloup, les marques de territoire constituent à la fois des formes de repérage et d’appropriation de l’espace. A insi, les populations turco-mongoles de l’Asie centrale à la Mongolie possèdent-elles certaines pratiques culturelles communes relatives à la gestion de leurs espaces désertiques et montagneux.
Dans ces milieux difficiles par les sols et les climats, les nomades établissent des liens avec le visible et l’invisible par le biais de gestes rituels, qui alliés à certains aménagements anthropiques, participent d’une sorte d’apprivoisement de la nature. Trois thématiques explorent ici la façon dont les peuples de Mongolie contrôlent et interagissent avec leurs espaces : les pratiques culturelles symboliques, l’usage tardif et administratif de la cartographie, et l’attachement à des objets renvoyant aux lieux de mémoire ancrés dans le territoire. Les voyageurs et les géographes, d’Orient comme d’Occident, qui visitèrent ces contrées éloignées du Moyen âge à l’époque moderne, avaient d’ailleurs bien consigné la singularité des territoires, des hommes et des croyances, et l’importance pour les imaginaires du souvenir de l’empire mongol.
Un souvenir qui se perpétue dans les contrées voisines de la Mongolie, le Kazakhstan notamment, naguère partie intégrante de cet empire, et qui eurent d’ailleurs un destin politique quasi similaire au XXe siècle, jusqu’à ce que la liberté retrouvée des peuples redonne à l’islam local un rôle pour ainsi dire mémoriel et identitaire.

Sommaire
Anna CAIOZZO & Jean-Charles DUCÈNE, “Avant propos”
Yann RICHARD, “Région, régionalisation, intégration régionale, aires culturelles”
1. Représentations et pratiques culturelles de l’espace mongol
Isabelle CHARLEUX, “La steppe en images: la représentation de l’espace dans la cartographie mongole de la fin du XIXe au début duXXe siècle”
Roberte HAMAYON, “Fixer les morts, mettre les vivants en mouvement. Construction culturelle de l’espace chez les peuples mongols”
Maria-Katharina LANG, “A Topography of Artefacts and Perception of the Sacred Landscape in Mongolia”
2. Témoignages de voyageurs : récits, cartographie et photographies
Emmanuelle VAGNON, “Mongols et «Tartares» dans les cartes occidentales du Moyen Âge”
Jean-Charles DUCÈNE, “Le territoire mongol dans les sources mameloukes”
Jean-Louis BACQUÉ-GRAMMONT, “Deux regards turcs sur les usages mongols et tatars
Matthieu CHOCHOY, “De la ‘Vraie Tartarie’ à ‘l’Ancien Mogolistan’, l’espace mongol dans la cartographie française (1652- 1710)”
Anna CAIOZZO & Léa MACADRÉ, “L’espace mongol vu et photographié par Bouillane de Lacoste: lieux de mémoire et marques de territoire”
3. L’espace et la mémoire en Asie centrale
Rocco RANTE, “Occupation dynamics in the oasis of Bukhara”
Alastair NORTHEDGE, “Akyrtash et l’archéologie du bord de la steppe kazakhe à l’époque pré-mongole”
Stéphane A. DUDOIGNON, “Le gnosticisme pour mémoire ? Déplacements de population, histoire locale et processus hagiographiques en Asie centrale postsoviétique”

 

Uranchimeg Tsultemiin, 2020, A Monastery on the Move. Art and Politics in Later Buddhist Mongolia (University of Hawai’i Press).

In 1639, while the Géluk School of the Fifth Dalai Lama and Qing emperors vied for supreme authority in Inner Asia, Zanabazar (1635–1723), a young descendent of Chinggis Khaan, was proclaimed the new Jebtsundampa ruler of the Khalkha Mongols. Over the next three centuries, the ger (yurt) erected to commemorate this event would become the mobile monastery Ikh Khüree, the political seat of the Jebtsundampas and a major center of Mongolian Buddhism. When the monastery and its surrounding structures were destroyed in the 1930s, they were rebuilt and renamed Ulaanbaatar, the modern-day capital of Mongolia.
Based on little-known works of Mongolian Buddhist art and architecture, A Monastery on the Move presents the intricate and colorful history of Ikh Khüree and of Zanabazar, himself an eminent artist. Author Uranchimeg Tsultemin makes the case for a multifaceted understanding of Mongol agency during the Géluk’s political ascendancy and the Qing appropriation of the Mongol concept of dual rulership (shashin tör) as the nominal “Buddhist Government.” In rich conversation with heretofore unpublished textual, archeological, and archival sources (including ritualized oral histories), Uranchimeg argues that the Qing emperors’ “Buddhist Government” was distinctly different from the Mongol vision of sovereignty, which held Zanabazar and his succeeding Jebtsundampa reincarnates to be Mongolia’s rightful rulers. This vision culminated in their independence from the Qing and the establishment of the Jebtsundampa’s theocractic government in 1911.
A groundbreaking work, A Monastery on the Move provides a fascinating, in-depth analysis and interpretation of Mongolian Buddhist art and its role in shaping borders and shifting powers in Inner Asia.

 

Film
2020, Khangai Herds, de Natasha Fijn (Eng/Mon), Introduction & Part 1 (9 parties)

In this blog, DRIMIA is aiming to reach out to Mongolians, herders and other audiences on social media by illustrating the ways in which their lifestyle and livelihood contributes to understanding our human society and the environment we depend on. With the approval of Dr. Natasha Fijn at the Australian National University, DRIMIA is re-presenting her documentary film “Khangai Herds” (2008) to provide an opportunity to reflect changes in time and space in the past, present and the future. The filmmaker arranged aspects of the film into separate video segments. The film is in Mongolian with English subtitles but no narration in order to let the audience interpret the footage for themselves. Dr. Fijn also authored a research book, which integrated the video segments with text: Fijn N. (2011), Living with Herds: Human-Animal Coexistence in Mongolia (Cambridge University Press: New York and Cambridge). 

Film introduction
Khangai Herds is an observational film made by Natasha Fijn about the coexistence of two herding families and the herd animals living amongst them in the Khangai mountains of Mongolia. The herds consist of horses, cattle (including yak), and a combination of sheep and goats. In a land of extreme conditions, both herder and herd animal depend upon one another as a means of survival.  Within broad river valleys, beneath steep slopes with patches of forest, herd animals are free to roam, existing within their own complex social structure and hierarchy. Herders successfully integrate themselves within this herd social structure by taking the role of lead animal within the herd, socially engaging and communicating daily in constant cross-species, cross-cultural, human-other animal dialogue. This is achieved through herders and herd animals growing up amongst one another from birth and throughout important stages in one another’s lives. 

Khangai Herds: Part 1
This first segment introduces the young Mongolian herder Saikhanaa. He lives with his mother in a herding encampment with a more prosperous family, Choijo and Naraa’s extended family. Saikhanaa talks about what he plans for his life in the future, followed by Choijo and Naraa talking about Saikhanaa’s role within the herding encampment. Saikhanaa sings a traditional Mongolian song with Ankhaa entitled ‘A Herder’s Life’.

Research, camera, editing and production: Natasha Fijn
Field interpreters: Batdavaa Davaa, Baigalmaa Usukhgargal, Urnaa Enkhee
Translation of subtitles: Delgermaa Altangerel
Translation of the film introduction and each section: Sandagsuren Underage

Lettre SEMS n°5

Fin décembre 2020

 

Enregistrement en ligne d’une conférence de Christopher Atwood

Reading the Secret History of the Mongols: from Qubilai Khan to the Eighteenth Century” by Christopher Atwood, on October 26, 2020. This lecture is the 6th in the Jean and Denis Sinor Lecture Series.

 

2021 : Séminaire du Centre d’Études mongoles et Sibériennes

Organisé par Isabelle Charleux, Grégory Delaplace et Virginie Vaté de janvier à mai 2021, un mercredi sur deux(sauf vacances scolaires), de 14h-16h, en ligne.

À noter : à partir du 10 mars, le séminaire du Centre d’études mongoles et sibériennes fait également office de séminaire de master EPHE, validable aussi par les étudiants de l’EHESS et de l’INALCO.

Programme 

 

2020-2021 : Séminaire de l’Université de Bonn , en ligne

Inscription nécessaire : Herrn Carsten Friede: momocf@uni-bonn.de Im

21 janvier 2021, 18-20h : Prof. Christian Sorace (Department of Political Science, Colorado College, USA), “Ideological Conversion: Mongolia’s Transition from Socialism to PostSocialism”

2 février 2021, 18-20h : Mongolei- und Tibet-Colloquium

 Kristina Teleki (Eötvös Loránd University, Budapest, Hungary Mongolian Buddhism), “30 years after the revival”.

 

2020-2021 : Séminaire du MIASU

Les séminaires du Mongolia and Inner Asia Studies Unit de Cambridge sont accessibles sur demande : miasu-admin@socanth.cam.ac.uk

 

17 janvier 2021 : Candidature pour le Contrat doctoral au MIASU

Sigrid Rausing MIASU Doctoral Studentship in the Social Anthropology of Inner Asia.

As a result of a generous donation from the Sigrid Rausing Trust, the Mongolia & Inner Asia Studies Unit is delighted to announce that applications are now invited for the first Sigrid Rausing MIASU Doctoral Studentship in the Social Anthropology of Inner Asia.

 

Publications

Anna Caiozzo et Jean-Charles Ducène (dir.), 2020, La Mongolie dans son espace régional. Entre mémoire et marques de territoire des mondes anciens à nos jours (Presses universitaires de Vincennes).

Résumé
Pour les nomades, ces « sociétés à pattes », comme les surnomme le géographe Christian Grataloup, les marques de territoire constituent à la fois des formes de repérage et d’appropriation de l’espace. A insi, les populations turco-mongoles de l’Asie centrale à la Mongolie possèdent-elles certaines pratiques culturelles communes relatives à la gestion de leurs espaces désertiques et montagneux.
Dans ces milieux difficiles par les sols et les climats, les nomades établissent des liens avec le visible et l’invisible par le biais de gestes rituels, qui alliés à certains aménagements anthropiques, participent d’une sorte d’apprivoisement de la nature. Trois thématiques explorent ici la façon dont les peuples de Mongolie contrôlent et interagissent avec leurs espaces : les pratiques culturelles symboliques, l’usage tardif et administratif de la cartographie, et l’attachement à des objets renvoyant aux lieux de mémoire ancrés dans le territoire. Les voyageurs et les géographes, d’Orient comme d’Occident, qui visitèrent ces contrées éloignées du Moyen âge à l’époque moderne, avaient d’ailleurs bien consigné la singularité des territoires, des hommes et des croyances, et l’importance pour les imaginaires du souvenir de l’empire mongol.
Un souvenir qui se perpétue dans les contrées voisines de la Mongolie, le Kazakhstan notamment, naguère partie intégrante de cet empire, et qui eurent d’ailleurs un destin politique quasi similaire au XXe siècle, jusqu’à ce que la liberté retrouvée des peuples redonne à l’islam local un rôle pour ainsi dire mémoriel et identitaire.

Sommaire
Anna CAIOZZO & Jean-Charles DUCÈNE, “Avant propos”
Yann RICHARD, “Région, régionalisation, intégration régionale, aires culturelles”
1. Représentations et pratiques culturelles de l’espace mongol
Isabelle CHARLEUX, “La steppe en images: la représentation de l’espace dans la cartographie mongole de la fin du XIXe au début duXXe siècle”
Roberte HAMAYON, “Fixer les morts, mettre les vivants en mouvement. Construction culturelle de l’espace chez les peuples mongols”
Maria-Katharina LANG, “A Topography of Artefacts and Perception of the Sacred Landscape in Mongolia”
2. Témoignages de voyageurs : récits, cartographie et photographies
Emmanuelle VAGNON, “Mongols et «Tartares» dans les cartes occidentales du Moyen Âge”
Jean-Charles DUCÈNE, “Le territoire mongol dans les sources mameloukes”
Jean-Louis BACQUÉ-GRAMMONT, “Deux regards turcs sur les usages mongols et tatars
Matthieu CHOCHOY, “De la ‘Vraie Tartarie’ à ‘l’Ancien Mogolistan’, l’espace mongol dans la cartographie française (1652- 1710)”
Anna CAIOZZO & Léa MACADRÉ, “L’espace mongol vu et photographié par Bouillane de Lacoste: lieux de mémoire et marques de territoire”
3. L’espace et la mémoire en Asie centrale
Rocco RANTE, “Occupation dynamics in the oasis of Bukhara”
Alastair NORTHEDGE, “Akyrtash et l’archéologie du bord de la steppe kazakhe à l’époque pré-mongole”
Stéphane A. DUDOIGNON, “Le gnosticisme pour mémoire ? Déplacements de population, histoire locale et processus hagiographiques en Asie centrale postsoviétique”

 

Uranchimeg Tsultemiin, 2020, A Monastery on the Move. Art and Politics in Later Buddhist Mongolia (University of Hawai’i Press).

In 1639, while the Géluk School of the Fifth Dalai Lama and Qing emperors vied for supreme authority in Inner Asia, Zanabazar (1635–1723), a young descendent of Chinggis Khaan, was proclaimed the new Jebtsundampa ruler of the Khalkha Mongols. Over the next three centuries, the ger (yurt) erected to commemorate this event would become the mobile monastery Ikh Khüree, the political seat of the Jebtsundampas and a major center of Mongolian Buddhism. When the monastery and its surrounding structures were destroyed in the 1930s, they were rebuilt and renamed Ulaanbaatar, the modern-day capital of Mongolia.
Based on little-known works of Mongolian Buddhist art and architecture, A Monastery on the Move presents the intricate and colorful history of Ikh Khüree and of Zanabazar, himself an eminent artist. Author Uranchimeg Tsultemin makes the case for a multifaceted understanding of Mongol agency during the Géluk’s political ascendancy and the Qing appropriation of the Mongol concept of dual rulership (shashin tör) as the nominal “Buddhist Government.” In rich conversation with heretofore unpublished textual, archeological, and archival sources (including ritualized oral histories), Uranchimeg argues that the Qing emperors’ “Buddhist Government” was distinctly different from the Mongol vision of sovereignty, which held Zanabazar and his succeeding Jebtsundampa reincarnates to be Mongolia’s rightful rulers. This vision culminated in their independence from the Qing and the establishment of the Jebtsundampa’s theocractic government in 1911.
A groundbreaking work, A Monastery on the Move provides a fascinating, in-depth analysis and interpretation of Mongolian Buddhist art and its role in shaping borders and shifting powers in Inner Asia.

 

Film
2020, Khangai Herds, de Natasha Fijn (Eng/Mon), Introduction & Part 1 (9 parties)

In this blog, DRIMIA is aiming to reach out to Mongolians, herders and other audiences on social media by illustrating the ways in which their lifestyle and livelihood contributes to understanding our human society and the environment we depend on. With the approval of Dr. Natasha Fijn at the Australian National University, DRIMIA is re-presenting her documentary film “Khangai Herds” (2008) to provide an opportunity to reflect changes in time and space in the past, present and the future. The filmmaker arranged aspects of the film into separate video segments. The film is in Mongolian with English subtitles but no narration in order to let the audience interpret the footage for themselves. Dr. Fijn also authored a research book, which integrated the video segments with text: Fijn N. (2011), Living with Herds: Human-Animal Coexistence in Mongolia (Cambridge University Press: New York and Cambridge). 

Film introduction
Khangai Herds is an observational film made by Natasha Fijn about the coexistence of two herding families and the herd animals living amongst them in the Khangai mountains of Mongolia. The herds consist of horses, cattle (including yak), and a combination of sheep and goats. In a land of extreme conditions, both herder and herd animal depend upon one another as a means of survival.  Within broad river valleys, beneath steep slopes with patches of forest, herd animals are free to roam, existing within their own complex social structure and hierarchy. Herders successfully integrate themselves within this herd social structure by taking the role of lead animal within the herd, socially engaging and communicating daily in constant cross-species, cross-cultural, human-other animal dialogue. This is achieved through herders and herd animals growing up amongst one another from birth and throughout important stages in one another’s lives. 

Khangai Herds: Part 1
This first segment introduces the young Mongolian herder Saikhanaa. He lives with his mother in a herding encampment with a more prosperous family, Choijo and Naraa’s extended family. Saikhanaa talks about what he plans for his life in the future, followed by Choijo and Naraa talking about Saikhanaa’s role within the herding encampment. Saikhanaa sings a traditional Mongolian song with Ankhaa entitled ‘A Herder’s Life’.

Research, camera, editing and production: Natasha Fijn
Field interpreters: Batdavaa Davaa, Baigalmaa Usukhgargal, Urnaa Enkhee
Translation of subtitles: Delgermaa Altangerel
Translation of the film introduction and each section: Sandagsuren Underage

Lettre SEMS n°1

Novembre 2020

 

19-20 novembre 2020 : Journée d’études “L’Asie à l’ère de l’anthropocène”

Journée d’étude (en visio) organisée par le Bureau des jeunes chercheurs du GIS Asie avec le soutien du GIS Asie et de l’ENS Lyon.
Interventions sur Canal U d’Anna Dupuy (EHESS) et Isaline Saunier (EPHE),  “Le vêtement comme déchet au temps de l’Anthropocène. De la préservation de soi à la préservation de l’environnement en Mongolie”.

18-19 novembre 2020 : Third International Conference “Mongolia and the Mongols : Past and Present”

Conférence organisée par l’Université de Varsovie, Varsovie, Pologne. Le programme n’est pas en ligne.
Participation d’Amgalan Sükhbaatar, “The transformation of Ulaanbaatar urban structure from a historical perspective” et d’Isabelle Charleux, “The Grand Maitreya Project of Mongolia: A colossal statue-cum-stupa for a happy future of Loving♡Kindness”.

 

2 décembre 2020 : Journée transversale des doctorants de l’EPHE

Comme chaque année, les doctorantes et doctorants de l’école doctorale de l’EPHE organisent une journée transversale, qui aura lieu cette année sur Zoom, sur le thème “(Se) Représenter”. De la représentation artistique à celle en sciences dures, elle procède de la conviction que les doctorants et enseignants-chercheurs en sciences humaines profitent beaucoup de la connaissance des problématiques des sciences de la vie et de la terre, et que les sciences humaines apportent aux doctorants et chercheurs en sciences de la vie et de la terre une perspective qui peut enrichir leur propre démarche scientifique.
À 11h15, dans la session B, intervient Léa Filiu, “De la steppe aux faubourgs des villes, la sédentarisation des populations nomades modifie-t-elle leurs représentations du monde ? Reconfigurations des espaces domestiques et résistance des schèmes de la pratique représentationnelle chez les Tuva de Sibérie du Sud”.

Programme complet de la journée et modalités d’inscription

 
15 décembre 2020 : Soutenance d’HDR de Grégory Delaplace

Grégory Delaplace (MCF, Université Paris-Nanterre) soutient son Habilitation à diriger des recherches le 15 décembre 2020 (référente : Anne de Sales) (en ligne).

 

2021 : Séminaire du Centre d’Études mongoles et Sibériennes

Organisé par Isabelle Charleux, Grégory Delaplace & Virginie Vaté de janvier à mai 2021, un mercredi sur deux (sauf vacances scolaires), de 14h-16h, en ligne.

 À noter : à partir du 10 mars, le séminaire du Centre d’études mongoles et sibériennes fait également office de séminaire de master EPHE, validable aussi par les étudiants de l’EHESS et de l’INALCO. 

Mercredi 13 janvier 2021 : Aurore Dumont (Groupe Sociétés, Religions, Laïcités), “Des sites sacrés “patrimonialisém”. Figures d’autorité et efficacité rituelle en Mongolie”

Mercredi 27 janvier 2021 : Carole Ferret (Laboratoire d’Anthropologie Sociale), “À propos des modes d’action dans les techniques pastorales en Asie intérieure”

Mercredi 10 février 2021 : Matthieu Chochoy (Alexander von Humboldt Kolleg for Islamicate Intellectual History, Bonn), “Les biographies françaises de Gengis Khan au 18e siècle”

Mercredi 3 mars 2021 : Amgalan Sukhbaatar (GSRL-EPHE), “Invisible power and visible urbanism: tracking the views of different urban actors on the urban present and the urban future of Ulaanbaatar”

Mercredi 17 mars 2021 : Véronique Gruca (doctorants LESC, CEFRES), “Retour sur l’expérience d’un confinement partagé avec une famille Bouriate en Mongolie”

Mercredi 31 mars 2021 : Anne Dalles (GSRL), “La présence orthodoxe chez les Nanaïs dans la région de l’Amour: négociations et compromis”

Mercredi 14 avril 2021 : Anna Dupuy (Laboratoire d’Anthropologie Sociale), “L’identité pastorale mongole dans les mouvements de réduction des déchets et de protection de l’environnement en Mongolie”

Mercredi 12 mai 2021 : David Koester (University of Alaska, Fairbanks), “The Itelmen Khodila as a Song Genre : Marking consciousness, time and nature”

Mercredi 19 mai 2021 : Marie Favereau (Université Paris-Ouest Nanterre), « La Horde d’Or et ses héritages (Islam, Russie, Europe) »

 

Publications

Marie Favereau publiera son prochain ouvrage aux Harvard University Press (sortie prévue en avril 2021) : The Horde. How the Mongols Changed the World.

Dernier numéro de Inner Asia, Volume 22, Issue 2, 2020: Special Section: Multispecies Co-existence in Inner Asia. Avec un compte rendu du dernier ouvrage de Charlotte Marchina, Nomad’s land. Éleveurs, animaux et paysage chez les peuples mongols.

 

Actualités générales de la recherche

Le GIS-Asie annonce deux appels à financement : l’un concerne l’organisation d’événements scientifiques sur l’Asie, l’autre le soutien à des jeunes chercheurs participant à des colloques à l’international. La date limite pour postuler est fixée au 1er décembre 2020.

 

 

 

17 mai 2018 : Duo de souffles, concert de Mikhaïl Santaro & François Picard – Paris

Mikhaïl Santaro et François Picard se sont rencontrés au musée de l’Homme. Mikhaïl joue du tsuur, François du xiao, deux flûtes, l’une mongole, l’autre chinoise, simples tuyaux de bambou qui rendent le souffle sonore.
Ils ont dépassé l’âge des exploits mais pas des paris, comme celui de faire un duo improvisé et mûrement réfléchi, rêvé entre Oulan Bator et Trévières (Normandie), de Pékin à Paris.
Aucun répertoire en commun a priori, mais un art d’animer les corps et de de combiner les souffles ; l’un chamanique, l’autre taoïste, à moins que ce ne soit l’inverse. Une rencontre hors du commun, une mise en commun ; fait non négligeable : la fille de l’un a été l’élève de l’autre, et chacun appelle l’autre « maître ».
Mikhaïl Santaro enseigne la médecine traditionnelle chinoise, il a publié Hard Wood Tsuur : Wind mounted melodies from the Altaï mountains to the Mongolian steppes (Ulaanbaatar, 2008).
François Picard enseigne l’ethnomusicologie, il a publié L’incantion du patriarche Pu’an. Les avatars du syllabaire sanskrit dans la musique chinoise (Peeters, 2012).

Le concert aura lieu le jeudi 17 mai 2018 à 20 h 30
au Centre Mandapa
6 rue Wurtz
75013 Paris

01 45 89 99 00 ou reservations@centre-mandapa.fr

Magail Jérôme

Anthropologue

Anthropologue au Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco.
Directeur de la mission archéologique conjointe Monaco – Mongolie
Chercheur associé au Centre de Recherche et d’Études pour l’Art Préhistorique – Emile Cartailhac – CREAP, MSH Toulouse.

Les recherches de Jérôme Magail portent sur l’archéologie de l’âge du Bronze, de l’âge du Fer et de la période xiongnu (Khunnu) en Mongolie, l’archéologie funéraire et de l’art rupestre en Mongolie et Sibérie, l’étude des stèles ornées dites “pierres à cerfs” de Mongolie et de Sibérie, l’étude des stèles ornées de la culture Okuniev de la République de Khakassie en Sibérie, ainsi que l’étude du mobilier des cultures Okuniev, Karasuk et Tagar dans les musées et instituts d’Abakan et de Minusinsk.

Autorisation de prospection de fouilles archéologiques en Mongolie :

  • site archéologique de Tsatsiin Ereg, de la fin de l’âge du Bronze, situé dans la région de l’Arkhangaï.
  • site archéologique de Gol Mod – nécropole khunnu (xiongnu) – région de l’Arkhangaï.
  • Restauration et étude du monastère Zayin Khuree de la ville de Tsetserleg (Arkhangaï).

Coopérations scientifiques et culturelles en Sibérie :

  •  avec L’Institut des Langues, Littérature et Histoire de la République de Khakassie (Abakan).
  • avec L’Institut des sciences humaines de la République de Tuva (Kyzyl).

Mots clés
tombes, stèles ornées, art, âge du Bronze, xiongnu, Tagar, Okuniev, guerriers

Terrains
Mongolie, Sibérie (République de Khakassie, République de Touva)

 

 

7-10 mars 2018 : Festival du film francophone – Oulan-Bator

 

Chers amis francophones,

Découvrez le programme de la francophonie 2018 en suivant ce lien et rejoignez-nous dès l’ouverture du festival du film francophone le mercredi 7 mars 2018 à 18h au Tengis, puis au UB JAZZ CLUB à partir de 20h30.

A très vite !Toute l’équipe de l’Alliance française d’Oulan-Bator.

 

Хүндэт Франц хэлтнүүдээ,

Франц хэлтнүүдийн баярын нэгдсэн хөтөлбөрийг интернет хуудаснаас харна уу. Франц хэлтнүүдийн баярын нээлтийн арга хэмжээ маань 03 сарын 07 өдрийн 18:00 цагаас кино фестивалийн нээлт Тэнгис кино театрт хийснээр эхэлнэ. Харин тус өдрийн оройн 20:30 цагаас UB JAZZ клубт нээлтийн хүлээн авалтын үйл ажиллагаа болох болно.

Тун удахгүй та бүхэнтэйгээ уулзацгаая!

 

Plus d’informations sur le site de l’Alliance Française

Favereau Marie

Historienne

Docteur en Histoire (Sorbonne-Paris IV, Università degli Studi di San Marino, 2004). Maître de conférences en histoire médiévale à Paris-Nanterre

Marie Favereau a publié ses travaux dans diverses revues scientifiques dont les Annales IslamologiquesGolden Horde Review, Turcica, la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée et la Revue des Etudes Slaves. Elle est l’auteur de La Horde d’Or. Les Héritiers de Gengis Khan (La Flandonnière, 2014) et elle a co-écrit la bande dessinée Gengis Khan (Fayard-Glénat, 2014). Elle a récemment publié La Horde d’or et le sultanat mamelouk. Naissance d’une alliance (Ifao, 2018) et édité le numéro 143 de la REMMM: The Golden Horde and the Islamisation of the Eurasian Steppes (Aix-en-Provence, 2018). De 2014 à 2019 elle a été membre de Nomadic Empires: A World-Historical Perspective, un projet ERC de cinq ans dirigé par Pekka Hämäläinen.

Mots clés
empire, Horde d’Or, nomade, islamisation, commerce, corps politique, tolérance religieuse

Terrain
Eurasie

Peuples
Mongols, Tatars, Russes

Macadré Léa

Architecte

Léa Macadré est doctorante en histoire à l’Université Paris 7 Denis Diderot, rattachée à l’ED 382 “Économies, Civilisations,  Sociétés, Espaces” et au laboratoire ICT “Identités, Cultures, Territoires”.

Mots clés
urbanisme, architecture, paysage, patrimoine, musée

Terrain
Mongolie

Chochoy Matthieu

Historien

Matthieu Chochoy a soutenu sa thèse à l’EPHE en décembre 2016. Dans une approche historiographique, il a étudié les modalités de circulation et de diffusion des sources relatives à Gengis Khan et à Tamerlan dans le réseau orientaliste français à l’époque moderne. Dans ce cadre, il a apporté une attention particulière à la question de la supposée filiation entre ces deux empereurs et à son traitement dans les sources françaises.
Il est actuellement en contrat post-doctoral au Alexander von Humboldt Kolleg for Islamicate Intellectual History au sein de l’université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn.

Mots clés
orientalisme, Tartare, représentation, historiographie, empire, Gengis Khan, Tamerlan

Terrain
Mongolie

Peuples
Mongols, Tartares (peuple fictif)

Maire Antoine

Science politique

Docteur de Science Politique associé au Centre de Recherches Internationales (CERI) de Sciences Po, Antoine Maire a étudié la stratégie de développement mongole après 1990 et son influence sur le positionnement international du pays. Dans le cadre d’une approche d’économie politique, il étudie également le fonctionnement du système politique mongole, la politique étrangère et les politiques économiques mises en œuvre en Mongolie dans un contexte marqué par une abondance de ressources minérales.

Ouvrages
Les Mongols, insoumis. Ateliers Henry Dougier, 2016.

La Mongolie en quête d’indépendance. L’Harmattan, 2013.

La Mongolie en quête d’indépendance, une utilisation stratégique du développement minier. Paris, L’Harmattan, 2012.

Mots clés
politique, relations internationales, développement économique, transition, démocratie, secteur minier, géopolitique, économie, gouvernance

Terrain
Mongolie

Peuple
Mongol (Halh)

Jarry-Omarova Anna

Sociologue

Docteur en sociologie (EHESS, 2010)

Empruntant également à l’anthropologie et la science politique, Anna Jarry-Omarova a travaillé sur le genre dans l’espace politique en Mongolie depuis la démocratisation en 1992. Ses recherches ont porté sur l’articulation entre le mouvement associatif des femmes, les évolutions du monde politique et les interventions internationales ciblées sur le genre et le développement. Elle a été membre du programme ANR « GLOBALGENDER »  qu’elle a co-initié, et elle travaille sur les parcours de militantes démocrates devenues figures de l’État et expertes internationales en genre.

Mots clés
politique, pouvoir, genre

Terrain
Mongolie

Peuple
Mongol Halh

Constant Frédéric

Historien et juriste

Docteur en droit (Paris X, 2007). Professeur à l’Université de Nice Sophia Antipolis rattaché au laboratoire Ermes. Il est également rattaché à l’Institut d’Asie Orientale et  membre junior de l’institut universitaire de France.

Frédéric Constant est spécialiste du droit chinois et du droit mongol sous la dynastie Qing.

Ouvrages
Le droit mongol sous les Qing (1644-1911. Paris, Collège de France, Institut des hautes études chinoises, 2018, à paraître.

(avec Ch. Lopez) Le droit chinois. Paris, Dalloz, Coll. Connaissance du droit, 2013.

Mots clés
transfert de droit, acculturation juridique, histoire comparée du droit

Bianquis Isabelle

Anthropologue

Docteur en anthropologie (Strasbourg, 1984), HDR (2003), Professeur d’anthropologie à l’Université François Rabelais de Tours, UMR Citeres.

Elle travaille sur les questions d’alimentation, de relation à l’environnement et sur les processus de patrimonialisation.

Mots clés
alimentation, patrimoine, instrumentalisation de la tradition, relation à l’environnement, organisation sociale, pratiques quotidiennes et rituelles

Terrains
Mongolie, Russie

Peuples
Mongol, Iakoute

Legrand Jacques

Historien, Linguiste, Anthropologue

Enseignant de mongol à l’INALCO à partir de 1973, Professeur de langue et littérature mongoles à l’INALCO depuis 1989. Président de l’INALCO de 2005 à 2013.

Historien, spécialiste du pastoralisme nomade, Jacques Legrand a créé sous les auspices de l’UNESCO l’Institut international d’études des civilisations nomades à Ulaanbaatar, dont il préside le Conseil académique.

Ouvrages
(avec Jadwiga Karkucińska-Legrand) Dictionnaire français-mongol, édition revue et augmentée. Paris, L’Asiathèque, 2014 (1ère éd. Ulaanbaatar, Monsudar, 2007).

Mongols et Nomades  : Société, Histoire, Culture. Textes, Communications, Articles (1973-2011). Ulaanbaatar, Admon, 2011.

Dalles Maréchal Anne

Anthropologue

Post-doctorante, associée au GSRL de l’EPHE.

Après avoir soutenu une thèse de doctorat en histoire des religions et anthropologie religieuse intitulée « Entre chamanisme, broderies et christianismes: (re)création d’identité chez les Nanaïs dans le bassin de l’Amour, Sibérie Extrême-Orientale », à l’EPHE, sous la direction d’Alain Rocher, en mars 2020, Anne Dalles Maréchal étudie les perceptions et les stratégies d’adaptation au point de rencontres interculturelles, notamment dans les missions et les conversions aux Christianismes ou encore dans la culture matérielle dans et au départ de la région de l’Amour. Elle s’intéresse tout particulièrement actuellement aux émigrations russes évangéliques de Khabarovsk (Fédération de Russie) à Vancouver (Canada).

Mots clés
missions chrétiennes, catholicisme, frontière sino-russe, populations autochtones, évangélismes, missions chrétiennes, migrations russes

Terrain
Sibérie Extrême-Orientale

Prouharam Camille

Anthropologie, Cinéma

Doctorante en cotutelle à l’EPHE (GSRL, France) et à l’Université Libre de Bruxelles (EASt, Belgique).

Les recherches de Camille Prouharam se tournent sur l’identité mongole et leurs représentations dans le cinéma et la littérature chinoise. Son projet doctoral porte sur les processus de négociation de l’identité mongole dans le cinéma chinois sous la supervision d’Isabelle Charleux (EPHE, GSRL) et de Vanessa Frangville (ULB, EASt).

Mots clés
identité, cinéma, représentation, minorités, soft-power, nation

Terrains
Mongolie, Mongolie méridionale, Chine

Peuples

 

Saunier Isaline

Archéologue

Archéologue de formation, Isaline Saunier est actuellement doctorante contractuelle en anthropologie à l’EPHE, rattachée au GSRL, où elle commence une thèse intitulée « Entre technique et culture, le vêtement et la construction de l’identité en Mongolie contemporaine », sous la direction d’Isabelle Charleux et Caroline Bodolec.

Mots clés
textile, costume, identité

Terrains
Sibérie, Mongolie

Peuple
Mongol (Halh)

Vaté Virginie

Anthropologue

Chargée de recherche CNRS – Groupe Sociétés, Religions, Laïcités.  Chercheur associé au Département “Integration and Conflict”, Institut d’ethnologie Max-Plank (Halle, Allemagne). En mobilité (février-août 2018) au CEFRES de Prague.

Virginie Vaté a mené des recherches durant 33 mois en Tchoukotka, tant chez les éleveurs de rennes et les chasseurs de mammifères marins, qu’auprès des Tchouktches urbains.

Ouvrages
(avec D. G. Anderson, R. P. Wishart, eds.) About the Hearth . Perspectives on the Home, Hearth and Household in the Circumpolar North. Berghahn Books, 2013, 336p.

(avec Joachim Otto Habeck, Olga Povoroznyuk, dir.) Gender Shift in the North of Russia. The Anthropology of East Europe Review, Special Issue, 28 (2), 2010.

Mots clés
interactions religieuses, chamanisme, protestantisme, christianisme orthodoxe ; genre, rituels ; relations humains-animaux

Terrains
Sibérie (Tchoukotka), Alaska

Peuples
Tchouktches, Sugpiat/Alutiit

Savelli Dany

Littérature

Maître de conférences à l’Université Toulouse Jean Jaurès, membre du Groupement de Recherche “Empire russe, URSS et monde post-soviétique” du CNRS

Dany Savelli travaille sur l’imaginaire de l’Asie (Mongolie, Chine, Japon, Tibet) dans la pensée et la littérature russes, de même que sur le bouddhisme en Russie. Elle prépare actuellement une monographie sur l’Expédition en Asie centrale de N.K. Roerich (1925-1928).

Principaux ouvrages
Autour de Nicolas Roerich : art, ésotérisme, orientalisme et politique, Slavica Occitania, 48, 2019, 495 p.

Le Japon en Russie : imaginaire, savoir, conflits et voyages. Slavica Occitania, 33, 2011, 483p.

La Religion de l’Autre. Réactions et interactions entre religions en Russie. Slavica Occitania, 29, 2009, 482p.

Une Russie plurielle : Confins et profondeurs. 2. Kiakhta sur la route du thé. Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines, 38-39, 2008, 555 p.

La guerre russo-japonaise. Faits et imaginaires, Carnets de l’exotisme. Paris, Poitiers, Pondichéry), nouvelle série n°5, Kailash, 2005, 590p.

Blog
« Roerich’s Shambhala Journey. Dany Savelli on her ongoing Project” (2020), New Age in Russia.

Mots clés
littérature russe, asiatisme, exotisme, imaginaire ; bouddhisme ; ésotérisme, Roerich

Terrains
Russie

Samson Normand de Chambourg Dominique

Anthropologue

Maître de Conférences à l’Institut National des Langues & Civilisations Orientales (INALCO)

Dominique Samson Normand de Chambourg a effectué des missions dans la Sibérie du nord-ouest depuis 1996 et il travaille en collaboration avec les Nénètses de Iamal, les Khantes du Nord et de l’Est, les Mansi du Nord. Il mène principalement des recherches sur les interactions politiques et religieuses entre le monde russe et les communautés autochtones de Sibérie (sub)arctiques. Il étudie également l’image de la Sibérie, les mouvements locaux indépendantistes, autonomistes et régionalistes ainsi que le récit de voyage Russie-Europe. Ses derniers travaux de terrain sont consacrés aux conversions autochtones à la foi évangélique, à la collecte de chants personnels et de récits de vie.

Principaux ouvrages
(avec E. Toulouze, éds.) Deux écrivains autochtones de Sibérie : Érémeï Aïpine et Iouri Vella. Paris, ADEFO, 378 p.

(avec C. Géry, éds.) Slovo. Mélanges offerts à Anne-Victoire Charrin. De l’Asie russe et d’ailleurs. Paris, Publications Langues O’, 366p.

Le chagrin de l’Ours. Paris, O.D. Éditions, 2010, 314p.

Le Grand Nord dans l’Ilir d’Anna Nerkagui : une page de vie autochtone (1917-1997). Paris, L’Harmattan, 1998, 302p.

Mots clés
interactions Russes-autochtones ; œuvre missionnaire, orthodoxe, évangélique ; littérature, voyage ; indépendantisme sibérien

Terrains
Sibérie

Peuples
Nénètses, Khantes, Mansi

Ruhlmann Sandrine

Anthropologue

Chargée de recherche au CNRS (UMR 8173), collaboratrice de l’UMR 7206 Éco-anthropologie du MNHN. Directrice de la publication de la revue Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines et de la collection de thèses Nord-Asie (depuis 2019). Membre du comité de rédaction de la revue Techniques & Culture (depuis 2016).

Spécialiste des techniques et des pratiques alimentaires, Sandrine Ruhlmann étudie les pratiques alimentaires et s’intéresse à la question centrale de l’hospitalité et du partage de nourriture en lien avec le bonheur familial chez les Mongols Halh. Elle travaille également sur les changements qui s’opèrent dans les pratiques et le régime alimentaires dans les milieux urbains et ruraux.
Parallèlement, ses recherches portent depuis 2013 sur la gouvernance et les représentations des maladies animales en contexte post-communiste.
Collaboratrice de l’UMR7206 Éco-anthropologie du MNHN, elle participe depuis 2018 à des programmes de recherche dirigés par L. Ségurel (UMR 7206 Eco-anthropologie, MNHN) sur l’adaptation des Mongols à leur environnement, par le biais notamment de la consommation de produits laitiers (persistance de la lactase, étude du microbiote intestinal humain pour comprendre l’intime relation de l’homme avec ses bactéries).
Elle mène également depuis 2013 une étude sur le processus du compromis comme mode d’action, stratégie de résistance ou d’existence d’un peuple, en contexte communiste ou post-communiste. Elle dirige un séminaire de recherche Anthropologie du compromis en Mongolie contemporaine depuis 2018 à l’EHESS.
Elle a co-dirigé avec Isabelle Charleux, Grégory Delaplace et Virginie Vaté le Séminaire mensuel des Études mongoles & sibériennes  (CEMS-GSRL, 2018-2020).

Ouvrages
Inviting Happiness: Food sharing in Post-Communist Mongolia. Leiden/Boston, Brill (Inner Asia 11), 2019.
L’appel du bonheur. Le partage alimentaire mongol. Paris, CEMS-EPHE (Nord-Asie 5), 2016.

Mots clés
techniques, chaînes opératoires ; alimentation, partage, bonheur familial ; maladies animales, gestion, surveillance, contrôle, gouvernance ; processus du compromis, composition, stratégie, pragmatisme, résistance, ruse

Terrain
Mongolie

Peuple
Halh

Pimenova Ksenia

Anthropologue et Sociologue

Chargée de recherche au Fonds national de la recherche scientifique (FNRS), affiliée au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’Université Libre de Bruxelles.

Ksenia Pimenova a soutenu une thèse en sociologie, en 2012 à l’EHESS, sous la direction de D. Hervieu-Léger, qui portait sur les transformations institutionnelles, rituelles et identitaires dans le bouddhisme et le chamanisme chez les Touvas de la Sibérie du Sud après la chute de l’URSS. Sa thèse explorait les connexions entre le niveau micro des pratiques et des identités de spécialistes rituels d’un côté, et l’instrumentalisation réciproque de l’État et des religions, de l’autre.
Lors de son postdoctorat au Musée du Quai Branly (2016-2017), elle a commencé à développer un nouveau projet qui porte sur les restes humains archéologiques et leur gestion dans les musées sud-sibériens. Elle s’intéresse notamment à l’attribution de pouvoirs hors commun aux restes humains et aux pratiques rituelles qui leur sont associées. Elle s’inscrit ainsi dans la problématique plus large des rapports entre objets sacrés et institutions culturelles qu’on pourrait penser a priori comme étant religieusement neutres.
Elle mène actuellement une recherche  post-doctorale sur la patrimonialité et le rapatriement des restes humains dans un musée sibérien.

Mots clés
religieux, religions autochtones, chamanisme, bouddhisme, musées, exposition, objets sacrés, restes humains, désécularisation, laïcité, patrimonialité

Terrains
Sibérie du Sud (Touva et Altaï)

Peuples
Touva, Altaïen

Merli Laetitia

Anthropologue, Réalisatrice de documentaires

Spécialiste du chamanisme et des thérapies psycho-corporelles.
Coordinatrice du Festival Mondes en Images – Rencontres documentaires à Cucuron.
Chercheur correrspondant du Centre Norbert Elias depuis septembre 2015

Laetitia Merli est anthropologue (Docteur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris) et réalisatrice de documentaires (Master in Visual Anthropology). Ses objets de recherche et centres d’intérêt sont le chamanisme (Mongolie, Sibérie et Europe) et les thérapies psychocorporelles. Formée en Réalisation Documentaire à l’Université de Manchester et à Paris, elle a été Maître de Conférence à Manchester en Anthropologie Visuelle, puis chercheur associé à l’Université de Cambridge et directrice artistique du Festival International Jean Rouch au Musée de l’Homme. Fondatrice de l’association Gens de Terrain pour le développement du documentaire à caractère ethnologique, elle participe à de nombreux projets dans la région PACA.

Ouvrage principal
De l’ombre à la lumière, de l’individu à la nation. Ethnographie du renouveau chamanique en Mongolie postcommuniste. Paris, CEMS-EPHE (Nord-Asie 2), 2011 .

Mots clés
chamanismes, transmissions interculturelles ; thérapies psychocorporelles, transe ; états modifiés de conscience ; hypnose ; anthropologie visuelle

Terrains
Mongolie, Sibérie, Europe

Marchina Charlotte

Anthropologue

Maître de conférences, Langue & civilisation mongoles, INALCO

Après des recherches doctorales sur les relations homme-animal dans le pastoralisme nomade chez les Mongols et les Bouriates (notamment à travers l’étude de la cohabitation, de la communication et de la coopération homme-animal), les recherches actuelles de Charlotte Marchina portent sur l’évolution de la mobilité pastorale en Mongolie et en Sibérie du Sud. Elle s’intéresse à l’évolution de la mobilité sur le long terme dans une perspective interdisciplinaire, en collaboration avec le Muséum National d’Histoire Naturelle et la Mission Archéologique française en Mongolie ; parallèlement, elle étudie les stratégies adaptatives mise en œuvres par les éleveurs sur un plus court terme pour faire face aux changements climatiques qui affectent les pratiques pastorales de ces régions depuis une vingtaine d’années.

Mots clés
pastoralisme nomade, relations homme-animal, suivi GPS, mobilité, changements climatiques, paysage

Terrains
Mongolie (Altaï, Arhangai), Sibérie (Bouriates)

Peuples
Halh, Bouriates, Kazakhs (de Mongolie)

Maj Émilie

Anthropologue, Chercheur indépendante

Éditrice et chercheur indépendante rattachée au Groupe Société Religions Laïcité (UMR 8582)

Emilie Maj a séjourné en Iakoutie plus de six années depuis 1999. Dans le cadre de sa thèse sur l’importance culturelle du cheval dans la culture des Iakoutes (ou Sakha) chasseurs et éleveurs dans l’Extrême-Orient russe, elle s’est intéressée à l’évolution des processus sociaux, économiques et religieux en relation avec l’élevage du cheval des époques légendaires à aujourd’hui. La suite de ses recherches se sont focalisées sur l’importance de la nature dans les pratiques musicales actuelles. Son travail actuel porte sur la manière de penser le “sauvage” dans le contexte spécifique de cette république de la Fédération russe qui s’avance sur la scène international comme le pôle du froid de l’hémisphère nord.
En 2011, Émilie Maj a créé Borealia, maison d’édition spécialisée dans l’édition des écrivains autochtones du Nord et de la Mongolie.

Mots clés
musique, guimbarde ; élevage, cheval, écologie ; politique ; chamanisme ; littérature

Terrains
Sibérie, Sakha (République de), Iakoutie (centrale et du nord)

Peuples
Iakoutes, Évènes

Legrain Laurent

Anthropologue

Docteur en anthropologie de l’Université Libre de Bruxelles et EPHE (2011). Maître de conférences à l’Université de Toulouse Jean Jaurès

Les recherches de Laurent Legrain gravitent autour de thèmes larges comme les usages du chant, le langage et les aléas de la communication ainsi que l’histoire sociale mongole du XXe siècle. Son ouvrage Chanter, s’attacher et transmettre chez les Darhad de Mongolie (CEMS-EPHE, 2014) traite de la texture sonore de l’environnement mongol, des façons dont on s’y rend sensible, dont il vient à compter et à agir dans la vie sociale.
Ses recherches plus récentes portent sur l’archerie mongole et ont pour objectif de comprendre le curieux déclin de cette pratique ainsi que la richesse de ce qui se cache derrière l’épithète mergen, “le bon viseur”.

Mots clés
musique ; transmission, apprentissage ; enfance, socialisation ; art, esthétique

Terrain
Mongolie

Peuple
Darhad

Lavrillier Alexandra

Anthropologue

Enseignante-chercheur à l’Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, rattachée au Centre Cultures, Environnements, Arctic, Représentations, Climat (CEARC).

Spécialiste notamment du nomadisme et des adaptations sédentaires en Sibérie postsoviétique, Alexandra Lavrillier coordonne le projet ANR BRISK. Elle a effectué plusieurs années de terrain chez les Évenks, les Évènes, les Iakoutes, mais aussi de manière plus ponctuelle, chez les Nanaïs. Plusieurs de ses travaux portent sur l’adaptation des pratiques rituelles nomades en contexte villageois et urbain.

Ouvrages
(avec Semen Gabyshev) An Arctic Indigenous Knowledge System of Landscape, Climate, and Human  interactions. Evenki Reindeer Herders and Hunters. Studies in Social and Cultural Anthropology, Kulturstiftung Sibirien,  Germany, Fürstenberg/Havel,  2017, 467p.

(avec D. Matic) Even tales of Dar’iia Mikhailovna Osenina. Dar’ja Mikhajlovna Osenina nimkarni – Evenskie nimkany Dar’i Mikhajlovna Osenina, Kulturstiftung Sibirien,  Germany, Fürstenberg, 2013, 160 p.

Mots clés
nomadisme, adaptation, sédentarisation, milieu urbain, postsoviétisme, climat, pollution

Terrain
Sibérie

Peuples
Évenks, Évènes, Iakoutes, Nanaïs

Lambert Jean-Luc

Anthropologue

Maître de conférences EPHE, section des sciences religieuses. Membre du GSRL. Directeur du Centre d’Études Mongoles & Sibériennes (depuis 2007)

Jean-Luc Lambert est spécialiste des sociétés sibériennes. Ses recherches actuelles, menées dans une perspective anthropologique et historique, portent principalement sur les interactions religieuses entre l’orthodoxie et les différents systèmes religieux des minorités non-slaves établies en Russie, et sur le chamanisme et l’épopée dans l’ouest sibérien.

Principaux ouvrages
(avec Florance Goyet) “Auralité” : changer l’auditoire, changer l’épopée, 3e livraison du Recueil ouvert, 2017 [publication en ligne].

(avec Florance Goyet) Épopée et millénarisme : transformation et innovation, section 1 : L’Épopée, un outil pour penser les transformations de la société. Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines, 45 [en ligne].

(avec Olivier Guilhem, eds.) Deviner pour Agir. Regards comparatifs sur des pratiques divinatoires anciennes et contemporaines. Paris, CEMS-EPHE, Nord-Asie, 2012.

Une Russie plurielle : Confins et profondeurs. 1. Entre autres, en Russie. Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines, 38-39, 2008, 555 p.

Sortir de la nuit. Essai sur le chamanisme nganassane (Arctique sibérien). Études Mongoles & Sibériennes, 33-34, 2002-2003, 565 p.

Mots clés
courants religieux, chamanisme, christianisme ; colonisation, rituels d’État, transformations religieuses ; traditions orales, épopées, chamanisme, mutations

Terrains
Sibérie, Arctique

Peuples
Nganassane, Khante, Mansi

Lacaze Gaëlle

Anthropologue

Professeur des universités à l’UFR de géographie et aménagement, Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Membre suppléante du Conseil National des Universités, Section 20, 2010-2014.

Gaëlle Lacaze travaille sur les techniques du corps, le nomadisme, l’anthropologie visuelle, sur les mouvements transfrontaliers, les migrations et l’alimentation des peuples mongols et kazakhs, ainsi que sur la sexualité dans le monde postsocialiste.

Principaux ouvrages
Femmes en quête d’identités.  Anthropologie du genre et des sexualités en Mongolie et dans le monde postsocialiste. Éditions  Petra (Centre Asie), 2018, 322p.

Nomadismes d’Asie centrale et septentrionale. Paris, Armand Colin, 2013, 288p.

Le corps mongol : techniques et conceptions nomades du corps. Paris, L’Harmattan, 2012, 349p.

Mots clés
techniques, corps ; espace, mobilité ; post-socialisme

Terrain
Mongolie

Peuples
Mongols (Halh, Darhad), Kazakh

Jacquemoud Clément

Anthropologue

Post-doctorant au LaxEx HASTEC (Centre d’études en sciences sociales du religieux)

 

Ouvrages
Les Altaïens, peuple turc des montagnes de Sibérie. Genève-Paris, Fondation Culturelle – Musée Barbier-Mueller & Somogy, 2015, 200p.

The Altaians, A Turkic People from the Mountains of Siberia. Genève-Paris, Fondation Culturelle – Musée Barbier-Mueller, 2015, 200p.

Mots clés
recompositions religieuses, bourkhanisme, chamanisme ; épopées, chant de gorge ; mouvements religieux, rituels, tourisme, politique russe

Terrains
Altaï (République de l’)

Peuples
Altaïens (Altaï-Kizhi, Télenguites, Téléoutes, Koumandines, Tchelkanes, Toubalars), Chors, Kazakhs (Altaï russe)

Hamayon Roberte

Anthropologue et linguiste

Docteur en linguistique (Paris-VII), docteur ès-lettres (Paris -X). Directeur d’études émérite EPHE, section Sciences religieuses (elle a occupé la chaire des « Religions de l’Asie septentrionale » de 1974 à 2007)

Elle est spécialiste de la langue et de la culture des peuples mongols et sibériens, de l’anthropologie du chamanisme, du jeu et du rituel. Elle a créé l’enseignement du mongol contemporain à l’INALCO (1968-1973). Elle a fondé au sein du Laboratoire d’ethnologie de Paris 10 Nanterre, le Centre d’études mongoles en 1969, devenu le Centre d’études mongoles et sibériennes en 1976, ainsi que la revue Études mongoles en 1970, devenue Études mongoles & sibériennes en 1976, aujourd’hui Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines.

Principaux ouvrages
La chasse à l’âme. Esquisse d’une théorie du chamanisme sibérien. Besançon, La Völva, 2017 (réédition de l’ouvrage publié en 1990, épuisé), 889p.

Why we play. An Anthropological Study. Translated by Damien Simon. Foreword by Michael Puett. HAU Books, University of Chicago Press, 2016, 343p. (Traduction de Jouer paru en 2012).

Chamanes et chamanisme. Fondements et pratiques d’une forme religieuse d’hier et d’aujourd’hui. Paris, Eyrolles, 2015.

Jouer. Une étude anthropologique à partir d’exemples sibériens. Paris, la Découverte, 2012, 370p.

(avec I. Charleux, G. Delaplace et S. Pearce, eds.) Representing Power in Modern Inner Asia : Conventions, alternatives and oppositions. Bellingham (WA.), Center for East Asian Studies, Western Washington University et Mongolia, 2010.

(avec I. Charleux, G. Delaplace et S. Pearce, eds.) Representing Power in Ancient Inner Asia : Legitimacy, transmission and the sacred. Bellingham (WA.), Center for East Asian Studies, Western Washington University et Mongolia, 2010.

(avec D. Aigle, I. Charleux, V. Goossaert, dir.) Mélanges en l’honneur de Françoise Aubin. Sankt Augustin, Monumenta Serica, 2010, 811p.

La chasse à l’âme. Esquisse d’une théorie du chamanisme sibérien. Nanterre, Société d’ethnologie, 1990, 880p.

Mots clés
chamanisme, rituel, jeu, aléatoire, épopée

Terrains
Mongolie, Sibérie

Peuples
Bouriates, Mongols

 

Gardelle Linda

Sociologue et chercheure en sciences de l’éducation

Docteur en sociologie (Paris I-Panthéon-Sorbonne, 2007). Enseignante chercheure à l’ENSTA Bretagne et chercheur au Centre de Recherche sur la Formation (CRF-EA 1410 Cnam Paris).

Linda Gardelle a travaillé sur le pastoralisme et ses politiques de développement, sur les politiques éducatives et la construction des identités nationales, en Mongolie et en Afrique, et aujourd’hui plus largement sur les dynamiques identitaires et les rapports entre éducation et politique, dans une démarche comparative internationale. Elle mène aussi des recherches sur les formations d’ingénieurs (Europe, Afrique du Nord, Asie).

Ouvrages
Éleveurs nomades en Mongolie. Des sociétés nomades et des États. Paris, Éditions Buchet-Chastel, collection Ecologie, 2010, 160p.

Les Touaregs dans le Sahara malien. Des sociétés nomades et des États. Paris, Buchet-Chastel, 2010.

Mots clés
éducation, politiques éducatives ; formation, ingénieurs, innovation ; nationalisme, identité nationale ; pastoralisme, politique, développement

Terrains
Mongolie, Mali, Maghreb, Sahara, France

Peuples
Mongols, Touaregs

Ferret Carole

Anthropologue

Chargée de recherche au CNRS, au Laboratoire d’anthropologie sociale

Les recherches de Carole Ferret s’inscrivent dans le cadre d’une anthropologie de l’action qui s’intéresse aux modes opératoires présents dans les actions quotidiennes, relevant aussi bien des relations avec la nature que du traitement d’autrui, au sein des cultures pastorales d’Asie intérieure, notamment iakoutes et kazakhes. Dans quelle mesure les sociétés se distinguent-elles par une propension pour certaines formes d’action ? Ses études, menées sur le terrain depuis 1994, portent sur les techniques d’élevage, le pastoralisme nomade et l’éducation des jeunes enfants.

Principaux ouvrages
(avec Marc Elie, dir.) Verte, la steppe ? Agriculture et environnement en Asie centraleÉtudes rurales, 200. Paris, EHESS, 2018.

(avec Ch. Stépanoff, G. lacaze, J. Thorez (éds.) Nomadismes d’Asie centrale et septentrionale. Paris, Armand Colin, 2013, 288p.

(dir.) Le cheval : monture, nourriture et figure, Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, 41, 2010 [en ligne].

Une civilisation du cheval. Les usages de l’équidé de la steppe à la taïga. Paris, Belin, 2009.

Mots clés
action, technique, pastoralisme, nomadisme, enfant, cheval, nature

Terrains
Sibérie (Iakoutie), Asie centrale (Kazakhstan)

Peuples
Iakoute, Kazakh

Dumont Aurore

Anthropologue

Postdoctorante, boursière Marie Curie, GSRL

Aurore Dumont mène des recherches sur les populations toungouses et mongoles de Chine depuis 2008. Sa thèse de doctorat (2014) a porté sur les pratiques nomades des Évenk de Chine, envisagées à partir de la mobilité, des échanges marchands et des réseaux relationnels. Elle consacre actuellement ses recherches aux rituels aux ovoo et aux sites mortuaires chamaniques en Mongolie méridionale.

Mots clés
nomadisme, chamanisme, fêtes, rituels, ovoo, pratiques funéraires

Terrain
Mongolie méridionale

Peuples
Évenk, Oroqen, Hezhe, Mongol

Delaplace Grégory

Anthropologue

Docteur en anthropologie des religions (EPHE, 2007). Maître de conférences en anthropologie à l’Université Paris Nanterre, et anciennement directeur du département d’Anthropologie (2013-2016). Membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (UMR 7186), de l’Institut Universitaire de France (2017-2022), et chercheur affilié au Mongolia & Inner Asia Studies Unit (Université de Cambridge).

Au cours de ses recherches, Grégory Delaplace s’est intéressé aux relations avec les morts, sujet de sa thèse, ainsi qu’à différents aspects de l’actualité religieuse (chamanisme, pratique du fengshui), politique (émeutes de juillet 2008) et culturelle (mouvement hip-hop) de la capitale nationale de Mongolie, Ulaanbaatar.
Il travaille actuellement à poser les bases d’une étude comparative des modalités de prise en charge de l’invisible à travers les sociétés humaines.

Ouvrage
L’invention des morts. Sépultures, fantômes et photographie en Mongolie contemporaine. Paris, CEMS-EPHE, Nord-Asie, 2008, 374p.

Mots clés
choses invisibles, fantômes, esprits, deuil, oubli, photographie, sépultures

Terrain
Mongolie

Peuples
Dörvöd, Halh

Curtet Johanni

Ethnomusicologue

Docteur en musicologie (Université Rennes 2, 2013). Chercheur associé à l’EA1279 Histoire et critique des arts et enseignant vacataire (dpt musique, arts du spectacle et sciences de l’éducation) à l’Université Rennes 2. Membre du CA de la Société française d’ethnomusicologie.

Johanni Curtet est spécialiste du höömij (chant diphonique), de la musique traditionnelle mongole, des questions liées à la transmission, l’histoire et l’ethnomusicologie, au patrimoine culturel immatériel. Il a enseigné le chant diphonique pour différentes structures (Université Rennes 2, Philharmonie de Paris, etc.) et a été vacataire à l’INALCO en langue, civilisation et culture mongoles en 2014. Directeur artistique de Routes Nomades, il organise des tournées et produit des disques de musique traditionnelle mongole depuis 2006. Il est conseiller scientifique et artistique pour des projets internationaux (Théâtre de la Ville/France Musique, Festival international des musiques sacrées de Fès, etc.). En 2010, il a participé à l’inscription du höömij mongol sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’UNESCO. Il vient de publier en 2017 une première Anthologie du höömij mongol avec le label Buda Musique.

Ouvrage
Une Anthologie du khöömii mongol. Paris, Routes Nomades, Buda Musique, 2017.

Mots clés
höömij, technique vocale, transmission, ethnomusicologie et histoire, timbre, spectacularisation, patrimonialisation, institutionnalisation, enregistrement

Terrains
Mongolie, Allemagne, France (communautés mongoles)

Charlier Bernard

Anthropologue

Chargé de recherche FNRS à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique)

Après un travail sur le rôle du loup dans la manière dont les éleveurs nomades de Mongolie interagissent avec leur environnement naturel et avec eux-mêmes, Bernard Charlier travaille actuellement sur les implications territoriales de la migration des éleveurs nomades qui quittent la campagne pour s’installer en ville.

Ouvrage
Faces to the Wolf : Managing the Human, Non-Human Boundary in Mongolia. Leiden, Brill, 2015, 173p.

Mots clés
loup, interaction homme environnement animal ; migration, sédentarisation, urbanisation

Terrains
Mongolie (Uvs, Töv, Ulaanbaatar)

Peuple
Mongol

Charleux Isabelle

Historienne, Historienne de l’art

Docteur en histoire de l’art (Paris IV-Sorbonne, 1998), directrice de recherche au CNRS, GSRL, HDR (EPHE, 2012)

Isabelle Charleux est spécialiste de la culture matérielle de la Mongolie méridionale et de la Mongolie (architecture monastique, formation des villes, art bouddhique, temples aux ancêtres gengiskhanides, portraits de Gengis Khan, patrimoine immatériel), et des pèlerinages mongols. Elle est présidente  de la Société des études mongoles et sibériennes (SEMS) depuis septembre 2019. Elle est actuellement directrice adjointe du GSRL. Elle organise avec Grégory Delaplace, Sandrine Ruhlmann et  Virginie Vaté le séminaire mensuel du CEMS-GSRL (programme).
Elle a par ailleurs réalisé une collection de près de 300 portraits de Gengis Khan provenant de différents pays d’Asie (Base Juniper).

Principaux ouvrages
Temples et monastères de Mongolie-Intérieure. Paris : Comité des Travaux Historiques et Scientifiques & Institut National d’Histoire de l’Art, 2006 (+ 1 CD rom).

Nomads on Pilgrimage. Mongols on Wutaishan (China), 1800-1940. Leiden and Boston, Brill, 2015 [annexes en ligne].

Mots clés
architecture bouddhique ; pèlerinages, sites sacrés ; représentations, ancêtres, esprits-maîtres de la nature ; interactions bouddhismes mongols, tibétains, chinois ; patrimoine, musées

Terrains
Mongolie, Mongolie méridionale

Peuples
Mongols

Borjon-Privé Yann

Doctorant inscrit à l’École Pratiques des Hautes Études, membre du laboratoire Groupe Sociétés, Religions, Laïcités.

Yann Borjon-Privé se rend six mois par an chez les Dolganes, peuple sibérien de l’Arctique, étudiant leurs représentations et points de vue sur l’identité et l’histoire. Il analyse la reconnaissance d’une nation dolgane du XVIIe siècle à nos jours, considérant les transformations du système chamanique, des modèles économiques et des rapports entre artisanat et art.
Il prépare une thèse sous la direction de Vincent Goossaert et l’encadrement de Jean-Luc Lambert, intitulée « Construction d’un passé dolgane et dynamiques identitaires contemporaines dans l’arctique russe (?) : approche historique et anthropologique ».

Mots clés
religion, tradition, interaction

Terrains
Taïmyr (Arctique, Sibérie du Nord), Krasnoïsarsk (Sibérie centrale), Saint-Pétersbourg (Russie européenne)

Peuples
Dolganes, Iakoutes, Evenks