Ruhlmann Sandrine

Anthropologue

Chargée de recherche au CNRS (UMR 8173). Directrice de la publication de la revue Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines et de la collection de thèses Nord-Asie (depuis 2019). Membre du comité de rédaction de la revue Techniques & Culture (depuis 2016).

Spécialiste des techniques (chaînes opératoires) et de la culture matérielle, Sandrine Ruhlmann étudie les pratiques alimentaires des Mongols Halh et s’intéresse à la question centrale de l’hospitalité et du partage de nourriture en lien avec le bonheur familial.
Elle travaille sur les changements qui s’opèrent dans les pratiques et le régime alimentaires dans les milieux urbains. Parallèlement, ses recherches portent sur la gestion des maladies animales en contexte postcommuniste.
Elle participe également à des programmes de recherche dirigés par L. Ségurel (UMR 7206 Eco-anthropologie, MNHN) sur l’adaptation des Mongols à leur environnement, notamment à leur consommation de produits laitiers (étude du microbiote intestinal humain pour comprendre l’intime relation de l’homme et ses bactéries).
Elle mène actuellement une étude sur le processus du compromis comme stratégie de résistance d’un peuple en contexte communiste et post-communiste.
Elle co-dirige avec Isabelle Charleux, Grégory Delaplace et Virginie Vaté le Séminaire mensuel des Études mongoles & sibériennes  (CEMS-GSRL).

Ouvrages
Inviting Happiness: Food sharing in Post-Communist Mongolia. Leiden/Boston, Brill (Inner Asia 11), 2019.
L’appel du bonheur. Le partage alimentaire mongol. Paris, CEMS-EPHE (Nord-Asie 5), 2016.

Mots clés
techniques, chaînes opératoires ; alimentation, partage, bonheur familial ; gestion des crises, maladies animales, surveillance, contrôle, gouvernance ; compromis alimentaire, stratégie, résistance, ruse

Terrain
Mongolie

Peuple
Halh