Boennec Éléa

Géographe

Doctorante en géographie à l’École doctorale de géographie de Paris, affiliée à l’Unité de recherche Médiations et à l’IFRAE. 

En 2019, j’ai soutenu un mémoire de Master 2 intitulé « Régimes de visibilités et spatialités gaies à Oulan-Bator ». Les résultats de l’enquête de terrain ont mis en évidence l’existence de lieux HSH dans les interstices de la ville, caractérisés par leur éphémérité, leur mobilité et leur faible visibilité. Néanmoins, l’évolution de la perception des masculinités sous l’influence internationale semblait favoriser une meilleure acceptation des sexualités « autres » et le début de l’année 2019 s’est ainsi démarqué en offrant une plus grande visibilité HSH grâce notamment à l’activisme de la société civile.

Je réalise  une thèse de doctorat sur le genre et le(s) féminisme(s) en Mongolie, sous la direction de Gaëlle Lacaze et de Charlotte Marchina. L’objectif de cette thèse sera d’analyser les dynamiques d’appropriation et de résistance des idéologies féministes en Mongolie pour dévoiler les stratégies d’autodétermination féminines dans un contexte de mobilité croissante des personnes et des idées. Je m’intéresserai aux interpénétrations du mondial et du local (glocalisation) pour comprendre quelles thématiques circulent d’une société à l’autre et quels décalages dus à des différences de contextes et d’enjeux nationaux nous pouvons identifier. Il s’agira de comprendre comment ces dynamiques limitent ou favorisent la production d’un mouvement féministe mongol.

Mots clés
 identité, genre, féminisme, mobilité

Terrain
Mongolie