Lettre SEMS n°12

Mi  mars 2021

12 mars 2021 : Colloque « Redefining Ethnicity in a Uni-nationalizing China: Domestic and International Impact »

The OI cordially invites to an on-line conference held on 12 March, 2021 at 9 AM. If you are interested in attending, please send an e-mail to conference@orient.cas.cz with a short self-introduction to be added to the mailing list.
FREE registration of attendance: conference@orient.cas.cz

Intervention d’Aurore Dumont (GSRL, CNRS, EPHE) « Conveying propaganda through Mongol ritual games »

Abstract
Although China’s rising international influence has attracted close expert and public attention in recent years, numerous ongoing, dynamically evolving phenomena remain insufficiently understood despite their important implications for China’s domestic and international policies. One pressing issue is the ethnic policy of the People’s Republic of China (PRC). Since numerically insignificant minorities in many cases inhabit vital, strategically located, and resource-rich borderlands, the stability of the minority regions – a concern perennially relevant to all predecessors of the modern Chinese state – is a precondition for the PRC’s successful implementation of the Belt and Road Initiative (BRI) and similar international strategic plans aiming to secure China’s status as a 21st-century global power. To govern and secure the ethnic minority borderlands, the Communist Party of China (CPC) applies a variety of accommodating and restrictive measures. Particularly since China has become a proactive diplomatic actor during the late tenure of Hu Jintao (2002–2012) and the current “New Era” of Xi Jinping (since 2012), the CPC has sought to increasingly redefine, reinvent, control, and subsequently canonize ethnic culture, religion, language, media, academia, public debate, and related ideational affairs, often through the co-operation and/or co-optation of carefully selected local elites, in order to align them with its national and international goals. Most recently, the cultural autonomy of the PRC’s minorities is being reshaped through the accentuated concept of one China’s nationality (Zhonghua minzu), which increasingly dominates over the rhetoric of China’s multiethnic society. How much the concept of Zhonghua minzu influences the self-perception of the various communities constituting the state-crafted ethnic groups in China and what the growing orchestrated nationalism in the PRC means for the international community will be discussed at the conference.

 

19 & 23 mars 2021 :  ACMS Virtual Speaker Series events

Intervention de Petya Andreeva, « Zoomorphism as elitism: The legacy of Iron-Age steppe design in the Mongol empire » : March 19, Friday, 9:00 p.m. (ULAT), 1:00 p.m. (GMT), 9:00 a.m. (EDT).

Zoom link

Abstract
Numerous pastoral nomadic societies flourished along the Eurasian steppe in the Iron Age. Their shared visual rhetoric was based on highly conceptual zoomorphic designs – counterintuitive, contorted, entwined animal bodies abound in these early systems of steppe imagery, known loosely as “animal style”. This lecture addresses the revival of Iron-Age zoomorphic art and design in the Mongol empire and its successor states. Animal style has been primarily viewed as an early Iron-Age phenomenon, giving way to the assumption that such zoomorphism ceased to exist after the displacement of early nomadic alliances (e.g., Scythians, Saka, and Xiongnu). In reality, early steppe visuality had a much longer lifespan than has been previously acknowledged. The Golden Horde elite’s frequent return to the production and circulation of animal-style art in the 13th and 14th century was a politically-driven strategy through which the Mongol aristocracy shaped its image as a successor to a centuries-old steppe tradition.

The Zoom participants will be able to ask questions during the Q&A session at the end, but we encourage you to leave your question at our website’s dedicated post at https://www.mongoliacenter.org/vss-13/ or at the Facebook Event page at https://fb.me/e/1Az46fD97

 

Interested participants are asked to join in on March 19, 9 pm (ULAT) through the Zoom link.

 

Next panel session: Twentieth-Century Mongolia 

Date: 
Tuesday, March 23, 5:00pm PDT
Tuesday, March 23, 8:00pm EDT 
Wednesday, March 24, 8:00am ULAT

Register here 

Zoom

 

30 avril 2021 : Appel à communications pour le colloque Routes de la Soie

Colloque international organisé par l’Université Littoral Côte d’Opale, en partenariat avec l’International Institute of Chinese Studies, Beijing Foreign Studies University, qui se tiendra à Boulogne-sur-Mer, les 28-30 septembre 2021. 

Présentation Reliant Xi’an, ancienne capitale impériale chinoise de la dynastie des Han, à la Rome antique dès le début du IIe siècle avant notre ère, puis délaissée progressivement après l’ouverture de la route des épices par l’Europe, la « route de la soie » ainsi que l’a baptisée le géographe allemand Ferdinand von Richthofen au XIXe siècle, est un ensemble de routes commerciales, terrestres et maritimes, qui reliaient l’Asie, l’Afrique et l’Europe, une passerelle entre les civilisations d’Orient et d’Occident, une voie privilégiée pour la communication des idées politiques, philosophiques, culturelles et religieuses et pour la diffusion des progrès scientifiques. En 2013, le gouvernement chinois lance le projet « One Belt, One Road » (une ceinture, une route) afin de créer un « corridor économique » eurasien, qui traverse plus de 65 pays, reliant ainsi la Chine à l’Europe occidentale par voie terrestre, et par liaison maritime, la mer de Chine, l’Océan indien et la Méditerranée. Reposant sur le prestige historique de l’ancienne route, cette ceinture terrestre et la « politique de la route de la soie maritime du XXIe siècle », représentent un projet de mondialisation « à la chinoise » qui vise à forger de nouveaux liens entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe et à unir leurs routes de commerce terrestres et maritimes. Les routes de la soie ont eu un rôle important dans les échanges entre l’Orient et l’Occident et dans le rapprochement des civilisations, et par des efforts renouvelés elles ont renforcé ces orientations.

Cette manifestation scientifique vise à examiner de plus près les différents échanges entre les États et les peuples de l’Antiquité à nos jours, à analyser les multiples raisons de ce développement ouvert sur de nouveaux horizons. L’objectif du colloque est de faire un bilan des recherches sur « les » routes de la soie, d’examiner ses enjeux stratégiques, économiques et géopolitiques actuels. Ce colloque réunira des spécialistes de différentes disciplines (archéologie, histoire, histoire de l’art, géographie, sciences politiques, science des religions, économie, linguistique, sinologie, mathématique, médecine) dans une approche interdisciplinaire et pluridisciplinaire. Appel à communication Le colloque privilégiera des communications autour de quatre axes thématiques suivants : 1. Les routes de la soie : la diversité des échanges et la dimension civilisatrice 2. Les routes de la soie et les Empires 3. Les voyageurs des routes de la soie 4. Le projet de l’OBOR dans un monde en mutation Tous les sujets concernant l’étude des routes de la soie et des échanges entre l’Orient et l’Occident seront examinés par le Comité scientifique. Les bilans sur des travaux déjà réalisés seront bienvenus. Les propositions de communication (300 mots maximum) doivent nous parvenir accompagnées d’un court CV d’une page avant le 28 février 2021

https://hlli.univ-littoral.fr/wp-content/uploads/2021/02/Appel-a-communication-Colloque-international-Les-routes-de-la-soie-1.pdf

 

2021 : Séminaire des Études mongoles & Sibériennes

Organisé par Isabelle Charleux, Grégory Delaplace et Virginie Vaté de janvier à mai 2021, un mercredi sur deux(sauf vacances scolaires), de 14h-16h, en ligne.

À noter : à partir du 10 mars, le séminaire du Centre d’études mongoles et sibériennes fait également office de séminaire de master EPHE, validable aussi par les étudiants de l’EHESS et de l’INALCO.

17 mars 2021 : Véronique Gruca (doctorante LESC, CEFRES), “Retour sur l’expérience d’un confinement partagé avec une famille bouriate en Mongolie”

Résumé
Cette présentation portera sur un épisode particulier de mon terrain dont j’ai fait l’expérience en Mars dernier, qui est celui d’une quarantaine partagée avec une famille bouriate au Nord-Est de la Mongolie. Cet événement s’est produit lors d’un moment de crise, où l’Etat mongol prenait connaissance de l’existence du coronavirus sur son territoire suite à la venue d’un étranger diagnostiqué positif. A travers le récit de cette aventure et une tentative ou début d’analyse, j’espère mettre en lumière les aspects plus généraux de la sociabilité mongole que cette situation particulière a fait ressortir

P.S. : Véronique fera sa présentation depuis Prague, mais nous tiendrons le séminaire en hybride sur le Campus Condorcet.
Nous devons être moins de 1 personnes. Pour celles qui souhaitent venir en présentiel, merci d’arriver à 13h45 et de m’appeler au 06 48 24 93 42 (je viendrai vous chercher au RDC du bâtiment Recherche nord).

Programme

31 mars 2021 : Anne Dalles (GSRL), “La présence orthodoxe chez les Nanaïs dans la région de l’Amour: négociations et compromis”

14 avril 2021 : Anna Dupuy (Laboratoire d’Anthropologie Sociale), “L’identité pastorale mongole dans les mouvements de réduction des déchets et de protection de l’environnement en Mongolie”

12 mai 2021 : David Koester (University of Alaska, Fairbanks), “The Itelmen Khodila as a Song Genre : Marking consciousness, time and nature”

19 mai 2021 : Marie Favereau (Université Paris-Ouest Nanterre), “La Horde d’Or et ses héritages (Islam, Russie, Europe)”

 

Publication

L’ouvrage Nomadic Pastoralism among the Mongol Herders. Multispecies and Spatial Ethnography in Mongolia and Transbaikalia de Charlotte Marchina vient de sortir en anglais aux Amsterdam University Press :